Skip to content

Placer son épargne à l’aide d’un simulateur, une bonne idée ?

Choisir un placement est une tâche compliquée qui entraîne une grande responsabilité, surtout si la somme que vous souhaitez placer est importante. De nombreux investisseurs néophytes se bornent parfois à faire une simulation ou une comparaison pour se rassurer avant de franchir le rubicon. Néanmoins, s’arrêter à la performance passée d’un support d’investissement peut être une source rapide de désagrément. Revue de détail.

Quelles sont les variables que les investisseurs cherchent à simuler ?

Les investisseurs souhaitent au préalable comparer une classe d’actifs via l’étude de différents fonds qui abordent la thématique en question. Une fois cette étape préalable effectuée, ils se mettent en quête d’un simulateur pour challenger à la fois les frais, et le niveau de taxation sur les dividendes ou sur les plus-values éventuelles. Et, fin de l’histoire… En effet, la plupart des épargnants s’arrêtent à cette étape, en omettant d’aller rechercher d’autres variables tout aussi importantes et qui affectent fortement la vie du placement en cours de route.

“Vous devez vous interroger sur la possibilité de changer de stratégie en cours de route. ”

Quels sont les placements boursiers les plus rentables ?
Posez-vos Questions Gratuitement à un Conseiller

Les autres variables importantes à prendre en compte avant d’investir

Il est très important, avant d’investir dans un fonds d’investissement par exemple, de prendre aussi en compte des variables non quantitatives

La liquidité et la profondeur du marché

Un bon investisseur s’intéressera notamment à la liquidité du fonds. Il s’interrogera notamment sur la durée de blocage de tel ou tel produit financier, pour déterminer in fine de la pertinence d’y mettre son argent… ou pas. Par exemple un fonds action coté aux Etats-Unis géré par une société de gestion d’actifs sera sans doute beaucoup plus liquide qu’un fonds qui investit dans des produits de Private Equity. De même, un fonds structuré sera sans doute moins liquide qu’un fonds obligataire.

La faculté d’arbitrer

En tant qu’investisseur averti, vous devez également vous interroger sur la possibilité de changer de stratégie en cours de route. Pouvez-vous changer d’avis quand bon vous semble, ou bien, n’est-ce possible qu’à certaines périodes ? Quels sont les frais d’arbitrage ? Puis-je réallouer les fonds sur des produits en architecture ouverte ?

Se faire accompagner

Simuler un placement est sans doute une première étape intéressante, mais quid de celui-ci, une fois qu’il aura été bel et bien effectué ? Se faire accompagner par un conseiller disponible tout au long du placement, est un élément important à prendre en compte ; notamment en cas de retournement des marchés. Au-delà des simples simulateurs qui existent sur Internet, il est donc fondamental de pouvoir discuter de vive voix avec un conseiller financier, en chair et en os, qui saura vous expliquer la stratégie déployée, en fonction de votre horizon d’investissement.

Savoir faire évoluer son placement

Si, par exemple, les marchés boursiers baissent, il peut être préconisé de réinvestir et de ne surtout pas vendre. L’expression qui vient du monde du trading consiste à acheter la baisse en escomptant un rebond futur et une hausse des prix consubstantielle. Néanmoins, acheter la baisse n’est pas une garantie de succès. Il se peut que le fonds chute pour des raisons hors marché bien plus graves.

“Buy the deep”

Les simulateurs sont des indicateurs qui projettent parfois de manière tronquée une vision de l’avenir des marchés financiers. Par essence, le futur est toujours incertain, surtout dans le monde des allocations d’actifs. Il est donc important de savoir réagir à la conjoncture et de faire évoluer son placement en fonction d’une stratégie court, moyen et long terme. On ne place pas de la même façon lorsque les taux d’intérêts remontent ou que l’inflation bat des records. De même, des rumeurs de guerres et de crises énergétiques sont autant d’indicateurs pour se questionner sur la pertinence de telle ou telle allocation. Toutefois, il existe des techniques qui ont fait leurs preuves pour faire évoluer ses placements même en période de marchés volatils.

L’investissement programmé (DCA)

En tant qu’investisseur, vous pouvez profiter de la volatilité des marchés en investissant tout au long cycle boursier pour profiter des meilleures opportunités. Il est prouvé qu’investir régulièrement augmente le rendement par rapport à un investissement unique dit “one shot”. Le principe de l’investissement progressif repose sur l’investissement d’un montant défini à échéance fixe (tous les mois par exemple). En investissant de manière programmée dans un fonds, l’investisseur profite de la volatilité des indices et améliore ses performances. De plus, il s’agit d’une stratégie d’investissement simple à mettre en place et rentable sur le long terme.

In fine, faire une simulation est un bon point de départ pour un investisseur à la recherche d’un placement rentable… mais ce n’est toutefois, absolument pas suffisant pour prendre une décision solide et pérenne.

Découvrez les Résultats des Placements de Genève Invest depuis 12 ans

Découvrez la Philosophie d’Investissement chez Genève Invest .

Conseils et service de rappel gratuits

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons pour vous donner plus d’informations. Les champs marqués d’un * sont obligatoires, les autres informations peuvent nous aider à améliorer notre proposition. Genève Invest accepte les mandats à partir de 100’000 €