Skip to content

Où investir dans l’immobilier ?

L’immobilier attire les investisseurs en quête d’un bon rendement mais un investissement locatif à Bordeaux ou à Lille, en fonction des quartiers et des rues, n’offre pas les mêmes perspectives. En effet, les prix de l’immobilier en France sont très hétérogènes et évoluent de manière différente en fonction d’une ville à l’autre. Où investir dans l’immobilier ? Focus.

Repérer les « zones tendues »

Investir dans une « zone tendue » est une stratégie pour espérer une rentabilité sur la durée. C’est une zone où la demande de logement est plus importante que l’offre, ce qui assure de ne pas laisser l’investissement locatif vacant. C’est notamment le cas des 28 plus grandes villes de France comme Paris, Marseille, Bordeaux et Lyon entre autres, où les prix ont explosé ces dernières années. Les candidats au logement sont nombreux, ce qui permet de « choisir » son locataire en fonction de la solidité de son dossier. De plus, en cas de revente, les biens partent rapidement. Ces villes soumettent cependant le logement à un encadrement des loyers. Une hausse de 15% maximum est exceptionnellement possible entre deux locataires si des travaux importants sont nécessaires. De plus, une réduction du préavis de départ de trois à un mois est également à prévoir. Dans certaines « zones tendues », il existe une taxe sur les logements vacants de 12,5% de la valeur locative la première année qui passe ensuite à 25%.

Enfin, un investissement locatif à Paris, où le prix moyen au mètre carré dépasse 10’000 euros, n’assure pas forcément un fort rendement puisqu’il est de 2% à 3% brut, malgré la forte demande de logement. L’investisseur mise alors sur une plus-value à la revente.

“L’emplacement a un impact direct sur le rendement car il définit la valeur locative, les frais et les taxes fiscales ”

Anleihen Risiko
Solliciter l’Avis de notre Conseiller Expert en Rentes
Discutez avec un Expert en Placements Boursiers

L’importance de l’emplacement

Ce choix a un impact direct sur le rendement car il définit la valeur locative, les frais et les taxes fiscales si le bien ne fait pas l’objet d’un dispositif de défiscalisation. Tout comme la ville, la rue et le quartier sont donc des éléments clés lors d’un investissement locatif. En fonction de l’emplacement du bien immobilier en location, il est certain de pouvoir le louer à un loyer intéressant et même de faire une plus-value en cas de revente au moment opportun. Par conséquent, il est nécessaire de déterminer si l’endroit est très fréquenté ou non par rapport au bruit afin de déterminer le profil des futurs locataires. Le bien prend de la valeur dès lors qu’il est proche de toutes les commodités comme les transports, les parkings, les écoles ou encore les commerces. Ces critères ont plus de sens dans les plus grandes villes de France pour assurer une sérénité de vie au locataire. Le logement  attire ainsi des locataires de qualité prêts à payer pour toutes ces facilités même si le loyer est plus élevé que dans d’autres rues. Il faut donc qu’un investissement locatif à Lyon, par exemple, où le prix de vente moyen au mètre carré est de 5’000 euros, respecte ces indications pour espérer un rendement de 3% brut dans le meilleur des cas. 

Privilégier un bien à proximité

Le choix de la ville où réaliser un investissement locatif doit aussi se faire en fonction de son domicile principal, surtout s’il s’agit d’une première expérience. Faire un investissement locatif à Lille si sa résidence principale est à Lyon n’est pas forcément judicieux. En effet, être proche facilite la gestion du bien que ce soit pour effectuer les visites des candidats, les états des lieux ou encore pour intervenir si le locataire en a besoin. Cela peut rassurer l’investisseur mais aussi augmenter le rendement net du bien loué. Effectivement, le propriétaire bailleur évite ainsi de confier la gestion à une agence, ce qui a parfois un coût assez élevé. En moyenne, ce coût représente entre 6% à 10% de la totalité des loyers sur une année. Pour un investissement locatif à Marseille par exemple, dont le prix moyen du mètre carré à la vente est de 3’500 euros et de 13 euros en location, éviter de confier la gestion à un professionnel n’est pas une petite économie. Il peut en plus y avoir des extras s’il l’établissement doit effectuer des actes exceptionnels. Enfin, ces frais peuvent passer du simple au double en fonction de la ville où se trouve investissement locatif.

Conclusion

Trouver la meilleure ville pour réaliser un investissement locatif demande à une bonne connaissance du marché et cela nécessite du temps et de l’argent. De plus, les prix élevés limitent les rendements. Il existe d’autres façons moins contraignantes d’obtenir une rente stable et régulière, et bénéficiant d’une fiscalité intéressante.

Abonnez-vous à la newsletter et recevez des conseils d’investissement exclusifs.

Découvrez les stratégies d’investissement que nous avons développées pour vous.

Conseils et service de rappel gratuits

Remplissez le formulaire ci-dessous et nous vous contacterons pour vous donner plus d’informations. Les champs marqués d’un * sont obligatoires, les autres informations peuvent nous aider à améliorer notre proposition. Genève Invest accepte les mandats à partir de 100’000 €