LES EUROPÉENS DOIVENT SE PRÉPARER À LA CRISE IMMINENTE DES RETRAITES



Il y a une énorme différence dans la façon de gérer son argent entre les particuliers et les administrations.

Les particuliers comprennent qu’une gestion financière prudente favorise la stabilité et la prospérité – en d’autres termes, qu’il est essentiel d’épargner pour l’avenir et qu’on ne peut tout simplement pas dépenser plus qu’on ne gagne.

Les gouvernements européens adoptent quant à eux une approche très différente de leurs dépenses budgétaires.

La plupart des pays souffrent d’un système de retraite sous-financé et certains pays décaissent même au jour le jour sans envisager réellement la préparation de l’avenir.

En raison de ces politiques, les rapports sur une crise imminente des retraites doivent être pris très au sérieux.

QU’EST-CE QU’UNE PENSION DE RETRAITE ?

Une pension est un compte de retraite sur lequel de l’argent est épargné pendant vos années d’activité, de sorte que vous n’ayez pas à vous battre pendant les années suivantes.

Cependant beaucoup d’européens prennent brutalement conscience que les prélèvements effectués sur leur salaire n’ont pas été placés judicieusement. Les fonds de pension sont mieux pensés car l’argent y est investi de telle sorte qu’il se développe avec le temps.

En d’autres termes, un pourcentage de votre rémunération devrait être investi de façon à vous apporter un pourcentage important de votre salaire quand vous serez prêt à prendre votre retraite.

Malheureusement, beaucoup de pays européens n’ont pas placé judicieusement l’argent de leurs contribuables. Certains pays ont privilégié des régimes de retraite par répartition qui ne produisent aucune croissance de l’investissement, ce qui signifie que ces pays seront totalement incapables de répondre aux futurs besoins des retraités.

Mais nous ne sommes pas obligé de subir l’absence de prévoyance des politiciens.

Beaucoup d’investisseurs lucides commencent à développer des programmes d’investissements de retraite dès l’entrée dans la vie active, car ils comprennent qu’atteindre l’autonomie financière est la situation la plus raisonnable.

Informez-vous de l’état actuel des différents systèmes de retraite européens et décidez s’il vous faut contacter une société de gestion de patrimoine expérimentée ou vous fier exclusivement à un système de retraite d’État.

POURQUOI LE SYSTÈME DES RETRAITES EN EUROPE EST DANS LE ROUGE

Après la Seconde Guerre Mondiale, les pays européens ont opéré un changement de politique sociale qui comprenait des investissements significatifs dans les programmes sociaux.

Ces programmes étaient sous-tendus par l’idée que les citoyens méritaient de jouir d’une retraite stable.

Mais le principal problème de ce changement de politique était que les gouvernements ne pouvaient pas toujours en appréhender les aspects financiers dans une perspective fiscalement saine.

Ces politiques n’ont tout simplement pas de plan viable à long terme qui prendrait en compte la croissance des populations, les grandes tendances économiques mondiales ou même les prévisions mathématiques basiques sur le coût de la retraite à échéance de 20 ans ou plus.

Bien que beaucoup de systèmes de retraites soient financés à court terme, la plupart ne sont pas stables à long terme.

L’Europe se trouve désormais face à un énorme enjeu financier alors que de plus en plus de ses citoyens vont aborder l’âge de la retraite. Aujourd’hui déjà, 42% des travailleurs ayant atteint l’âge de la retraite sont retranchés de la population active.

Selon l’agence statistique de l’Union Européenne, ce chiffre devrait atteindre 65% d’ici 2060.

CRISE DES RETRAITES AU ROYAUME-UNI

Ce n’est pas un euphémisme de dire que le Royaume-Uni roule à tombeau ouvert vers une crise monumentale des caisses de retraite.

Le Royaume-Uni connaît actuellement un déficit de 3 500 milliards de euros de ses caisses de retraite et ce déficit devrait atteindre 29 000 milliards de euros d’ici 2050.

Maintenant, comparons cette dette gigantesque aux ressources d’un pays qui génère un PIB de 2 600 milliards de euros environ chaque année…

En d’autres termes, le trou actuel des caisses de retraite représente 11 années de PIB du pays.

La travail d’Hercule du financement des besoins croissants des caisses de retraite semble irréalisable… et de mauvaises nouvelles supplémentaires pourraient bien apparaître à l’horizon.

Ces projections reposaient sur l’économie britannique avant le Brexit.

Or, la stabilité économique du Royaume-Uni ne cesse d’évoluer. Un ralentissement de l’activité économique et donc des revenus imposables pourrait s’avérer être l’étincelle qui mettra le feu aux poudres des caisses de retraite.

LES RETRAITES EN ALLEMAGNE

L’Allemagne, l’Autriche et la Belgique sont des pays à système de retraite par répartition.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, ce système signifie que le pays n’épargne rien pour couvrir ses engagements futurs concernant les retraites.

Si l’Allemagne était une entreprise, cette politique la placerait dans la position peu enviable de se reposer uniquement pour survivre sur ses sources de revenus les plus récentes.

Pour aggraver les choses, le nombre de retraités a rapidement dépassé celui des actifs. Le déficits des retraites pourrait atteindre une masse critique lorsque les baby-boomers, puis la génération du millénaire, atteindront l’âge de faire valoir leurs droits à la retraite.

L’Allemagne a créé une parfaite crise des pensions qui pourra laisser ses aînés face à des aides financières insuffisantes.

LES RETRAITES EN FRANCE

Lors de la dernière campagne des élections présidentielles, le Président en fonction, Emmanuel Macron, réclamait une réforme des retraites parmi d’autres mesures politiques.

C’est parce que la France, comme l’Allemagne et d’autres pays, continue d’utiliser le système par répartition, instable du point de vue fiscal. Bien que l’idée de réparer un crash imminent et d’obtenir des avantages pour les retraités ait été populaire avant le passage des français devant les urnes, depuis l’entrée en fonction du président, les réformes promises ont marqué le pas.

La France souffre d’engagements de ses caisses de retraites massivement sous-financés, qui ne pourront donc pas se poursuivre indéfiniment et qui pourraient résulter en coupes sombres dans les pensions de retraite à l’avenir.

LES RETRAITES EN ITALIE

Le système de retraite italien, en difficulté actuellement, couvre en général environ 30% du salaire d’un travailleur retraité.

Pour financer ce niveau minimal de pension, l’Italie consacre plus de 15% de son PIB aux retraites.

Conséquence du pourcentage élevé de ressources financières affecté aux pensions, le chômage des jeunes oscille entre 30 et 40% par an.
Ce qui soulève la question suivante : d’où proviendront les recettes fiscales pour les 10 à 20 années à venir ?

SI VOUS NE POUVEZ PAS COMPTER SUR LES RETRAITES, QUE DEVRIEZ-VOUS FAIRE ?

Le fait que beaucoup d’États européens se battent pour repecter leurs engagements de retraite non financés confère d’autant plus d’importance aux comptes d’épargne retraite.

Il est difficile d’imaginer à quoi ressemblerait votre vie si vos revenus chutaient subitement de 70% ou disparaissaient complètemen mais c’est ce à quoi pourrait ressembler l’avenir si la crise des retraites actuelle restait irrésolue.

C’est pourquoi il est essentiel de commencer à travailler avec des gestionnaires de patrimoine expérimentés qui assurent à leurs clients des rendements importants et des placements sûrs.

Les personnes qui sont actuellement en activité seraient sages d’envisager des suppléments de pension qui leur fournissent une souplesse et une stabilité financières bien supérieures à celle des caisses de retraite traditionnelles.

Comprendre l’impact de l’inflation et de la volatilité des marchés sur un plan d’investissement requiert l’expertise de professionnels. La meilleure façon de protéger votre santé financière à la retraite est de prendre des mesures proactives dès aujourd’hui.

Si vous êtes préoccupé par votre avenir financier, parlez dès aujourd’hui à un gestionnaire de patrimoine de Genève Invest et sécurisez vos années de retraite.

Back to top